News | 2019-07-01 Abidjan, Côte d’Ivoire

Les ministres africains ratifient de nouveaux protocoles sur la gestion intégrée des océans

La Convention d'Abidjan a convoqué la deuxième réunion des plénipotentiaires.

La Convention d'Abidjan a convoqué la deuxième réunion des plénipotentiaires pour l'adoption de nouveaux protocoles visant à renforcer la gestion des zones marines et côtières. Organisée en collaboration avec le ministère ivoirien de l'Environnement et du Développement durable, du 1er au 4 juillet 2019, cette manifestation a réuni 22 ministres de l'Environnement, leurs représentants, experts et partenaires de la Convention d'Abidjan.

Depuis plus de six ans, la Convention d'Abidjan a accéléré le processus de développement d'instruments de coopération régionale. Il s'agit notamment de protocoles additionnels sur la pollution d'origine terrestre, de normes environnementales pour les activités pétrolières et gazières offshore, de la gestion intégrée des mangroves et des zones côtières.

 La réunion des ministres a permis aux Parties de signer et d'adopter des protocoles additionnels sur la gestion intégrée des zones côtières et d'assurer leur mise en œuvre au niveau national.

La côte atlantique de l'Afrique est riche en ressources naturelles, en biodiversité et en écosystèmes marins. La côte ouest-africaine compte 105 millions d'habitants sur une population totale de 367 millions dans la région et génère 56% du produit intérieur brut (PIB) de la région. Cependant, de nombreux facteurs naturels et humains tels que la pollution, le changement climatique ou la croissance démographique menacent un nombre important d'écosystèmes fragiles. Ces protocoles fournissent aux États membres des outils qui favorisent la coopération régionale dans la résolution des problèmes côtiers. 

 

 

 

Détails

Date: 2019-07-01
Temps: 08H00 - 17H00
Lieu: Abidjan, Côte d’Ivoire

En relation

Thanks for contacting with us. We will reach you soon.

Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur cette carte n'impliquent, de la part du Groupe de la Banque mondiale, aucun jugement sur le statut juridique d'un territoire, ni aucune approbation ou acceptation de ces frontières.

choseLanFr